De l’obsolescence dans la médiation - Université de Franche-Comté Access content directly
Journal Articles Recherches en Didactique des Langues et Cultures - Les Cahiers de l'Acedle Year : 2018

De l’obsolescence dans la médiation

Abstract

If it is generally understood that “the learner” who is “at the center of learning” should be considered to be the main “actor” and “vector” of learning, little attention has been paid to the “teacher” in the Communicative Approaches and Action oriented Perspectives supported by the Common European Framework of Reference for Languages. It would seem that the CEFL and DLE (didactics of foreign languages) have forgotten, depreciated or erased entirely the important role of the teacher from didactic memories. Consequently, a reconfiguration of the roles and places of each figure in the didactic triangle would seem to have occurred, such that each line (representing the learner, the language and the teacher) collapses into a single one. I argue that the best mediation comes from the teacher, not because he/she knows everything about everything, but because he/she knows more than those who believe they can learn everything by themselves. But if “the learner is thought of as a social actor with his own personal identity and learning a form of social mediation” (Dictionary of French didactic as foreign and second Language), one would neither be able to reduce the learner to a function nor assign the learner to the role of an actor without denying what the learner is above all else: a subject, capable of speech (Anderson).Is language reducible to a sort of machinery of which it is a question of learning the manipulations, uses, modes, and functions; a tool for knowing how to say, do and be and learn for learning’s sake, a form of transport, a vehicle-language? I claim that once one is able to speak in one’s mother tongue, one will be able to speak in a foreign language, or in mathematical, scientific, poetic or literary languages largely through one’s “desire” to learn them. The best person placed to transmit this desire is still the one who is inhabited by it. Perhaps one should reconsider the main vector of learning as something open to question when it comes to learning (and to the transmission of knowledge) in speakers. It could be that the coming Net Generation is expecting or hoping for something other than mere “ready-to-use” skills and actions.
S’il est entendu que « l’apprenant » est installé « au centre de l’apprentissage » comme « acteur » et « vecteur » principal de l’apprentissage, on s’est peu soucié de « l’enseignant » après les Approches communicatives et Perspectives actionnelles soutenues par le Cadre européen commun de référence pour les langues. Fort de ces avancées, CECR et DLE ont oublié le maître-enseignant en contribuant au renouvellement d’une image dépréciée, voire en l’effaçant tout à fait des mémoires didactiques. On assiste alors à une reconfiguration des rôles et des places de chacun : apprenant – matière-langue – enseignant, soit du triangle didactique lui-même qui, à mieux y regarder, s’affaisse en une simple ligne. Pour autant, nous avons l’audace, ou la naïveté, de penser que la meilleure médiation procède de l’enseignant, non pas parce qu’il sait tout sur tout, mais parce qu’il en sait plus que ceux qui pensent apprendre tout, tous seuls (Arendt). Mais encore, si « l’apprenant est conçu comme acteur social ayant une identité personnelle et l’apprentissage comme une forme de médiation sociale » (Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde), on ne saurait ni le résumer à une fonction ni l’assigner à un rôle d’acteur sans lui dénier ce qu’il est avant tout : un sujet – puisque parlant justement (Anderson). Le langage serait-il réductible à un équipement dont il s’agit d’apprendre les usages, modes, emplois, fonctions et manières ; un outillage pour savoir-dire, savoir-faire, savoir-être et apprendre à apprendre ; un moyen de circulation : un véhicule-langue ? Nous avançons que parlant en langue maternelle, on parlera en langue étrangère, en langage mathématique, scientifique, poétique ou littéraire par « désir » de l’apprendre. Que le mieux placé pour transfuser ce désir est encore celui/celle qui en est habité(e). Reconsidérer alors le vecteur principal de l’apprentissage comme contestable dès lors qu’il s’agit d’apprendre (et de transmettre) chez les parlants. Il se pourrait alors que la Net Generation qui vient, attende ou espère, peut-être, autre chose que des compétences et actions “prêtes-à-l’emploi”…
Fichier principal
Vignette du fichier
article_veronique.pdf (290.02 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

hal-02326404 , version 1 (22-10-2019)

Identifiers

Cite

Véronique Dagues. De l’obsolescence dans la médiation. Recherches en Didactique des Langues et Cultures - Les Cahiers de l'Acedle, 2018, 15 (2), ⟨10.4000/rdlc.3001⟩. ⟨hal-02326404⟩
53 View
83 Download

Altmetric

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More